L’Achoppe est un immeuble centenaire situé au coeur du quartier Hochelaga-Maisonneuve. Il est habité depuis plus de dix ans par des gens qui veillent à son bon fonctionnement et à remplir sa mission dans le quartier.

Cet espace est doté d’un potentiel d’autonomie collective particulièrement fertile et de salles utilisées comme lieu d’échange, de créativité, d’apprentissage, de réflexion et d’entraide. Utilisé par une panoplie de militants sociaux, d’intellectuels et d’artistes engagés, le lieu est bien connu de plusieurs milieux qui y portent un attachement particulier.

Le projet fonctionne en gestion participative, c’est-à-dire que tous et toutes participent aux tâches de gestion et aux corvées nécessaires au bon fonctionnement de l’immeuble. Les initiatives personnelles sont encouragées, dans une optique de partage des connaissances et d’autonomie collective.

C’est donc une communauté bien établie qui s’occupe du lieu et de ses activités.

Les lieux collectifs comprennent une salle polyvalente, avec cuisine et salon, des ateliers, une bibliothèque, des jardins communautaires. Des logements abordables continueront d’accueillir des résidents et des résidentes aux étages.
Le rez-de-chaussée comprend une salle principale, une cuisine, une bibliothèque, une chambre d’ami.e.s, un accès à la cour, et deux salles de bain.
Le sous-sol est divisé entre 4 ateliers: menuiserie, réparation de vélos, couture et local de pratique de musique.
Les deux étages sont divisés en quatre 4 ½ avec trois pièces fermées et une petite cuisine / salon commun.

L’Association pour la Réappropriation des Milieux Urbains

Depuis plusieurs années, les résidents de l’Achoppe assurent la gestion de l’immeuble de manière autonome. D’abord géré de façon informel, les habitants ont constitués une association non-personnifiée il y a quelques années, prenant en charge la perception des loyers et l’entretien général.

Dans la perspective de l’acquisition de l’immeuble et afin de consolider l’ancrage du projet au sein de la communauté du quartier, le processus de formalisation s’est poursuivi par la création de l’organisme à but non-lucratif Association pour la Réappropriation des Milieux Urbains (ARMU). Aux résidents de l’immeuble se joignent différents acteurs de la communauté, à qui la survie du projet tient à coeur. Son conseil d’administration est mixte, composé d’habitants actuels et de personnes habitants autour de L’achoppe, assurant ainsi la continuité du projet et la gestion conjointe et saine de l’immeuble.

Les missions de l’organisme sont de :
• Défendre et promouvoir l’autonomie collective et individuelle ainsi que l’entraide en milieu urbain
• Développer et favoriser le partage de savoirs
• Pratiquer et promouvoir l’écologie sociale et la gestion participative
• Lutter contre la pauvreté par une approche de solidarité alimentaire et d’éducation populaire

Les missions de l’OBNL sont donc en cohérence avec le collectif déjà instauré depuis 10 ans. Ces missions fixées par les premiers membres du collectif sont restées au cœur des préoccupations de tous les habitants qui ont suivi. C’est cette volonté de maintenir et d’honorer des valeurs d’égalité, d’entraide et de respect mutuel, qui permet aujourd’hui à l’Achoppe d’être un maillon solide du réseau alternatif montréalais et qui fera rayonner l’organisme pour les années à venir.

Les membres

L’ARMU est déjà composé d’une trentaine de membres, ayant des connaissances et intérêts variées. Autant au niveau des compétences manuelles qu’administratives, l’organisme a toujours su s’entourer de personnes solidaires ayant à coeur la mission de l’OBNL.

L’ARMU fait déjà partie d’un réseau solidaire d’OBNL opérant à travers le Québec. Que ce soit le collectif le Récif, projet d’habitation basé à Trois-Pistoles et démarré il y a quatre ans par certains membres du conseil d’administration de l’ARMU ou encore le Bâtiment 7 et sa dizaine de coopératives à Pointe Saint-Charles, ayant acquis un immense bâtiment industriel, l’ARMU est bien entouré et se sert de ce réseau pour s’assurer une solidité et une solidarité continue avec les différents projets sociaux.

On compte aussi parmi ses alliés la librairie l’Euguélionne (Centre-Sud), la coopérative le Touski (Centre-Sud), la coopérative des Récoltes (Quartier Latin), la coopérative le Germoir (Gaspésie), le comité BAILS (Hochelaga), le GRIP-UQAM (Quartier Latin), l’UTILE (logements étudiants) et l’Académie-de-l’Énergie (Lanaudière).

Milieu Ancré dans sa communauté

La salle commune, ayant été réfléchie pour servir son grand potentiel rassembleur, permet de recevoir de nombreux artistes et artisans désirant perfectionner leurs pratiques dans un espace adéquat, et ce gratuitement. Cet espace de socialisation permet aussi d’accueillir des projets tels que des cafés-causerie et de nombreux ateliers y sont proposés sur une base régulière ou spontanée: jonglerie, musique, théâtre, création littéraire et manuelle, etc.

L’espace est également disponible pour accueillir des réunions, des discussions et des événements, en lien avec différentes causes sociales. De plus, des prestations de musique, de théâtre, d’art contemporain, des conférences et des projections peuvent y avoir lieu. L’Achoppe se veut un lieu accessible à tous et à toutes. Aucun propos ou comportement raciste, sexiste, homophobe, transphobe, ou discriminatoire de quelque manière que ce soit n’est toléré ici. Le respect d’autrui et de l’espace sont des valeurs de base qui rejoignent l’ensemble du collectif.

De nombreux livres ont été réunis afin de former une grande bibliothèque commune accessible à tous. Plusieurs groupes de citoyens engagés, intellectuels et artistiques utilisent ce lieu afin de discuter de projets divers ou de réaliser des ateliers créatifs dans un environnement calme et propice à la réflexion. Nous recevons également une multitude de pamphlets artistiques que nous archivons et redistribuons; la bibliothèque étant destinée à un usage communautaire.

Il y a différents ateliers au sous-sol: ateliers de menuiserie, de couture, de mécanique de vélos et de musique. Des collectifs s’en occupent et les rendent accessibles à autrui. Nous offrons régulièrement des formations de réparation de vélo et de menuiserie, dans un esprit d’accessibilité et de partage des savoir-faire. Un grand local de pratique de musique est aussi aménagé, dans lequel certains habitants de l’Achoppe et plusieurs groupes pratiquent régulièrement.

La cour, quant à elle, dispose d’un jardin collectif où poussent chaque année tomates, zucchinis, kale, houblon, citrouilles et autres légumes. La cour sert aussi de lieu de rassemblement des différents colocataires.

Les habitants du 1800 Letourneux ont toujours cherché à mettre leurs énergies collectives au profit de la population d’Hochelaga-Maisonneuve. Que ce soit en organisant des ateliers d’éducation populaire, des festivals musicaux dans le quartier ou encore des soupers populaires.

Histoire de l’Achoppe

C’est en 2007 qu’un petit collectif en quête de logis tombe sur l’immense loft insolite qu’est le 1800 Letourneux. Complètement vide, il y décèle pourtant le potentiel incroyable de cet espace. Le motif a toujours été clair: se rassembler pour mieux vivre.

Au fil des ans, le collectif en création en vient à prendre possession du bail du logement mitoyen, qui est aujourd’hui une grande bibliothèque commune, et obtient par la même occasion l’accès à la cour arrière. Les membres de l’Achoppe réussissent ensuite à acquérir les baux des deux appartements du troisième étage, créant une cohabitation avec les locataires du deuxième.

​C’est en 2011 que le collectif réussissent à obtenir le dernier des six baux du bâtiment, faisant de l’Achoppe ce qu’elle est aujourd’hui: un immeuble entier servant de pôle de rassemblement et de création artistique et intellectuelle, où vivent quotidiennement une douzaine de colocataires.

Durant les dernières années, la capacité d’organisation du collectif a fait ses preuves. Effectivement, les objectifs fixés par celui-ci ont été mené à bien; entre autres l’organisation de la vie quotidienne en collectivité, les différents projets, l’aménagement de l’espace ainsi que les rencontres avec différentes populations du quartier, en plus du paiement diligent de l’ensemble des loyers. L’acquisition du bâtiment permettra d’officialiser et surtout, de pérenniser un projet bien vivant depuis plus de 10 ans déjà.

C’est donc un projet qui a vu passé des dizaines de jeunes marginalisés, qui ont pu trouver du soutien de leurs pairs et qui ont su laisser leur place à d’autres. Ces anciens habitants et habitantes continuent de faire vivre le lieu et de donner à leurs prochains.

Depuis ce jour, le collectif de l’Achoppe offre à ses habitants et à ses habitantes, à leur entourage et à toutes les personnes intéressées, la possibilité de créer des liens dans un environnement qui se veut ouvert, sécuritaire, compréhensif et diversifié.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer